Partagez
Aller en bas
admin2
Localisation : Grenoble
Messages : 66
Date d'inscription : 19/10/2017

SYNTHESE CR réunion de Nantes 25 Mars 2018

le Mar 3 Avr - 10:41
Compte rendu
Rencontre Nantes 25 mars 2018
Horizon18 groupe de travail
____________


Introduction

Nous sommes accueillis dans les locaux de l’ancienne manufacture des tabacs.
La rencontre est organisée par Réseau Gestalt Ouest avec Christophe Dronneau en orchestrateur.
Onze personnes participent à ce groupe de travail.

La forme de ce compte rendu est un récapitulatif du processus de cette journée dont l’ordre du jour était le suivant :
a) travail sur la maison commune, statuts et règlement intérieur
b) fonctionnement démocratique de la maison commune
c) missions de la maison commune
d) quelle place pour les professionnels de la gestalt?
La totalité des points de cet ODJ ont été abordé et ont trouvé réponses. Ces réponses sont comme à l’habitude des propositions ouvrant à la réflexion et au débat.

Ouverture de la journée à 9h00.
La journée commence par un tour de table de présentation des membres présents.
Est ensuite partagé un rappel de la genèse d’Horizon18, comme groupe issu des journées tenues à Bordeaux en octobre 2017. La méthodologie de ce regroupement de Bordeaux animé par la présence de l’UDN est développée. Les principes de nouvelle gouvernance sont exposés et partagés, par exemple les principes de consentement, l’alliance subtile de verticalité et d’horizontalité, les valeurs d’inclusion préférables à l’exclusion, l’idée que le résultat final n’est pas celui que je souhaite mais celui qui est au service du collectif, ...

La matinée se poursuit par l’exposé de la Maison Nouvelle, forme numéro 4, toujours et encore au travail et en mouvement, résultat de la rencontre de février à Lyon.

Il est demandé d’ajouter un pôle communication, équivalent de l’actuelle CMMC, de prévoir la possibilité d’une équipe de plusieurs membres pour assurer les fonctions du cercle de coordination, d’imaginer une place pour tous les professionnels de la gestalt dans la mesure où ils respecteront les valeurs et fondamentaux de la maison commune notamment en terme éthique et déontologique et tels que retrouvés dans les cinq critères de l’EAGT.
Nous partageons longuement sur les modes de prises de décisions et le fonctionnement des différents cercles (grand cercle annuel, convention, cercle de coordination)
Une synthèse de ces modes de fonctionnement est proposée à la lecture:


1 – Principes de gouvernance

Les décisions du Cercle de Coordination, de l'Assemblée Annuelle, et des différents groupes et pôles sont prises par consentement.
La prise de décision par consentement est définie comme toute procédure de prise de décision collective où les membres du groupe développent et consentent à une décision dans l'intérêt supérieur du groupe. Ce procédé met l'accent sur le besoin de communication, de clarté et de solidarité parmi les membres du groupe.

La méthode proposée est celle du Cercle de décision, méthode qui requiert quelques précisions préalables. Une décision est une proposition dont la formulation est le fruit du travail d'un cercle de décision et qui ne soulève plus d'objection majeure au sein de ce cercle.
Une objection majeure est un refus argumenté et motivé de consentir à une proposition. Les objections majeures sont au nombre de trois :
← Ce cercle n'est pas capable de prendre une décision éclairée, ou ce sujet n'est pas dans ses attributions, ou cette décision transformerait l'association dans un sens contraire à ses buts
← La proposition comporte un risque majeure pour l'association ou pour ses membres
← La proposition aboutirait à l'exclusion de fait du participant.

La construction d'un consentement n'est possible que si tous sont d'accord sur un but commun, au-delà des intérêts individuels. Le consentement recherché n'est pas un accord ni une adhésion. La décision recherchée doit être suffisamment bonne pour maintenant et sans prise de risque excessive pour l'association.
Le processus doit se dérouler sans choix pré-déterminé, sans interruption de parole des participants, sans égarements ou diversions.
Une décision est valable si chaque participant du cercle a compris la proposition, a pu s'exprimer sur cette proposition, et si on lui a demandé s'il avait une objection majeure à cette proposition.


Processus de travail d'un cercle de décision :

Plusieurs rôles sont nécessaires :
← un facilitateur s'assure que le processus est bien suivi et que chaque participant a pu s’exprimer;
← un présentateur expose le contexte de la décision à prendre et ses enjeux, donne les informations nécessaires et formule une première proposition;
← un proposant rédige la proposition et la modifie en fonction du travail du groupe;
← un rédacteur des minutes du débat note les motifs initiaux de la discussion, les termes exacts de la proposition initiale, les objections majeures formulées et leurs arguments, les questions restées en suspens en vue d'une prochaine délibération. Il ne note pas pour autant chaque intervention ou commentaire.

Le processus se déroule en plusieurs tours. A chaque tour, chaque participant peut s'exprimer 1 fois. Le facilitateur commence chaque tour par un orateur différent.
Le présentateur informe le groupe avant chaque tour et ne répond pas aux participants tant que tous n'ont pas pu s'exprimer. La seule circonstance où un orateur peut être interrompu est si un participant détient une information manifestement ignorée par l'orateur. Le participant donne alors brièvement l'information.
Dans la prise de parole, chacun doit se réguler en se demandant si ce qu'il s'apprête à dire est vraiment nécessaire à la discussion, si c'est le bon moment pour le dire, et la façon la plus claire de le formuler.
Le succès du processus dépend beaucoup de la clarté des propositions. Des termes clairs et précis permettent à chacun de savoir à quoi il consent et permet une information juste de tous ceux qui n'étaient pas présents au cercle de décision. Cela nécessite une grande concentration de tout le groupe.
Déroulement :
← 1) Information. Après la présentation, chacun peut donner les informations qui lui semblent utiles, et s'exprimer sur ce qu'il pense être les besoins de l'association.
← 2) Brain-storming : chaque participant fait part de ses idées ou des éléments de solution qu'il pense être appropriés. A ce stade, la discussion peut être interrompue si on constate que des recherches supplémentaires doivent être menées. Si un des participants peut formuler une proposition claire, le processus se poursuit et ce participant devient le proposant.
← 3) Clarification : chaque participant peut poser des questions pour mieux comprendre la proposition. Seules les questions de clarification sont acceptées.
← 4) Réaction : chaque participant peut faire part de ses réactions, de ses sentiments, de ses propositions d'amélioration. Pas d'objections majeures à ce stade, on essaie d'améliorer autant que possible la proposition.
← 5) Décision : Dans ce tour de parole, chaque participant doit se demander si la proposition est suffisamment bonne pour maintenant, suffisamment sécurisée pour être tentée. Seuls les membres actifs peuvent présenter une objection majeure.
Lorsque plus aucune objection majeure n'est exprimée, la procédure de consentement est terminée. En cas d'objection majeure ou si la rédaction de la proposition a été modifiée, on reprend les tours de parole à l'étape 3. Si l'objectif du groupe n'est pas assez clair ou si la formulation de la proposition est trop restrictive, le facilitateur peut annoncer un retour à la phase 1 ou 2 du processus.
Les personnes présentant des objections majeures sont invitées à préparer avec le présentateur, une nouvelle proposition à laquelle ils puissent consentir.
Pour discuter de “Processus de travail d'un cercle de décision" CLIQUEZ ICI

2 – Groupes locaux et Groupes d'Intérêt Spécifiques

Les Groupes Locaux rassemblent des membres sur un critère de proximité géographique. Ils organisent des activités en totale autonomie. Ces activités auront pour objectifs aussi bien la création et le développement de liens de convivialité et de soutien entre membres, que l'approfondissement de leurs compétences professionnelles.
Les membres d'un Groupe Local s'engagent à participer aux Convention en y envoyant un délégué.
Une association locale regroupant des gestalt-thérapeutes peut devenir un Groupe Local de la Maison Nouvelle. Il suffit pour cela que tous ses membres adhèrent à la MPG et que l'association locale se rapproche de la Maison Nouvelle dans ses modes de gouvernance et la philosophie générale de son fonctionnement.
Les GIS ou les pôles n'ont pas vocation à organiser des formations mais les Groupes Locaux peuvent, dans le cadre de leur autonomie, organiser ponctuellement une formation  ou inviter un formateur.

Les Groupes d'Intérêt Spécifiques rassemblent des adhérents sur la base d'un intérêt commun en rapport avec les buts de l'association. Les GIS sont créés par les adhérents intéressés.
La création d'un GIS est déclarée à l'association via un formulaire en ligne. Les créateurs de GIS précisent leur sujet d'étude ou leurs objectifs. Un GIS ne peut pas se créer avec pour seul objectif d'affirmer une identité.
Cette création doit être validée par consentement par la Convention suivante. Si la création d'un GIS est mise en question par un ou des membres de la Convention, celle-ci fait l'objet d'un cercle de décision au sein de la Convention.
Les membres d'un GIS s'engagent à participer aux Conventions en y envoyant un délégué et aux Rassemblements Annuels en y présentant un rapport d'activité.
Lorsqu'un GIS est validé, sa création est annoncée à l'ensemble des membres et ses activités figurent sur l'agenda partagé accessible à tous les membres.
Les GIS sont autonomes dans l'organisation et le contenu de leurs activités. Ils informent le responsable informatique de leurs réunions pour inscription dans l'agenda. Ils peuvent utiliser les outils numériques (forum, blog, site) pour débattre et diffuser leurs travaux.

Les besoins de financement des GL et des GIS sont couverts par la participation consciente de leurs membres et par l'organisation d'activités ou manifestation ouvertes aux non-membres et payantes.
Pour discuter de “Groupes locaux et Groupes d'Intérêt Spécifiques" CLIQUEZ ICI


3 – Pôles institutionnels

Certaines activités répondent à un besoin institutionnel et ne peuvent pas être des GIS. Ce sont des pôles.
Le nombre de membres de chaque pôle est précisé dans le RI.
Les pôles sont autonomes dans leur organisation interne et les décisions qu'ils prennent dans le cadre de leurs missions. Ils rendent compte de leurs activités lors des Conventions et devant l'Assemblée ordinaire.
Les pôles sont au nombre de 7 :
← Éthique et déontologie (avec des sous-groupes par métier)
← Agrément des personnes (avec des sous-groupes par métier)
← Agrément des formations (en coordination avec l'EAGT)
← Publication d'une revue à comité de lecture
← Représentation Internationale
← Recours
← Communication, relations aux médias

Chacun de ces pôles fait l'objet d'une lettre de mission annexée au RI.
Pour l'agrément des personnes et des formations, et pour l'éthique et déontologie, l'organisation du pôle doit prendre en compte les spécificités de chaque métier :
← documents de référence spécifiques (critères de validation, code d'éthique et de déontologie)
← commission d'évaluation ou de traitement des plaintes composée de professionnels du métier concerné
Les pôles se réunissent aussi souvent que nécessaire pour mener à bien leurs missions. Leurs réunions ne rassemblent que leurs membres.

Pour discuter de “Pôles institutionnels" CLIQUEZ ICI


4 – Grand Cercle Annuel

Le grand cercle annuel regroupe l'ensemble des membres sympathisants et actifs.
Chaque membre du Cercle de Coordination, les délégués des pôles, des Groupes d'Intérêt Spécifique et des Groupes Locaux présentent leur rapport d'activité.
Le responsable financier présente le rapport financier et le budget prévisionnel.
Les différents points à l'ordre du jour sont débattus selon la méthode du cercle de décision. Plusieurs cercles peuvent avoir lieu simultanément. Chaque cercle peut comporter jusqu'à 20 personnes. Au-dessous de 10 participants, les décisions du cercle sont uniquement consultatives.

5 – Cercle de Coordination

← Le Cercle de Coordination comprend des membres qui se sont engagés pour remplir des fonctions nécessaires au bon fonctionnement de l'association : coordination, logistique, responsabilité financière, responsabilité des outils informatiques,
← Chacune de ces fonctions peut être assurée par une ou deux personnes.
← La Convention peut créer d'autres fonctions du Cercle de Coordination, selon les besoins de l'association.
← Les membres sont choisis lors du grand cercle annuel pour une durée d'un an, reconductible.
← Lors du Grand Cercle Annuel chaque fonction est interrogée, la personne engagée sur un poste peut être reconduite ou pas, elle peut choisir de se ré-engager ou pas.
← Personne ne peut occuper un poste plus de 5 années.
← Les décisions du CC se prennent par consentement.
← Le Cercle de Coordination est collégial et non-hiérarchique. Ses membres sont juridiquement et collectivement responsables de la gestion de l'association.
← Le CC se réunit au moins 3 fois par an en réunion simple et 3 fois par an en Convention.

6 – Convention

La Convention réunit au moins 3 fois par an les membres du Cercle de Coordination, un délégué de chaque Groupe Local et de chaque GIS, et un délégué de chaque pôle. Les membres de la Convention participent aux cercles de décision prévus à l'ordre du jour.

La Convention est l'organe décisionnel pour la création de nouveaux GL ou GIS, les choix opérationnels, les relations externes.
Pour chaque point, la Convention est amenée à décider si elle est compétente, ou si la question posée est du ressort du grand cercle annuel. Elle peut prendre une décision provisoire en attendant la prochaine Assemblée.

Pour discuter de “grand cercle annuel, coordination, convention" CLIQUEZ ICI


Expérimentation d'un cercle de décision

De ces explications et échanges émergent plusieurs questions:
- comment vont se choisir les membres du cercle de coordination?
- quelle autonomie financières pour les pôles, GIS, ...?
- comment s’articulent les Grand Cercle Annuel, Convention et Cercle de Coordination?
- mode de fonctionnement plus précis de la Convention?
- comment provoquer une contagion vers ces nouveaux modes de fonctionnement collectif?
- quels types de membres?
- radiation des membres?

Il est décidé de faire émerger une question qui pourrait être expérimentée en cercle de décision après le repas. La question suivante est retenue: «Quel mode de fonctionnement pour la Convention?»

A la reprise, la question est reformulée pour plus de précision dans notre expérimentation du cercle de décision: «Que doit-on préciser dans d’éventuels statuts pour que la Convention fonctionne?»
Le point 6 ci-dessus est relu.

Une phase d’information complémentaire est tenue par Michel Ulens.  Elle concerne la prise de décision et la contagion expérimentée par lui-même dans des structures associatives auxquelles il a collaboré dans une approche qui a puisé ses sources en Amérique il y a 25 ans (cf. www.esdac.net). Dans ce type de travail, chacun parle en « je » après avoir bénéficié d’un temps de silence et d’intériorisation pour préparer une prise de parole qui partira non de ses idées mais de son expérience de vie, le tour de parole est respecté grâce à l’usage d’une plume, et chacun est reconnu comme expert de sa propre histoire.  S’engage alors un processus qui demande un peu de temps mais permet à tous de participer à l’émergence d’une perle à laquelle tous pourront adhérer.

L'expérience de Michel lui a permis de constater que les personnes sont convaincues de l’intérêt de la démarche non par le discours, mais lorsqu’elles font l'expérience personnelle de cette forme de rencontre.  D’où l’importance à ses yeux d’une expérimentation par le plus grand nombre de gestalt-thérapeutes de ces modalités de rencontre.  

Mais le plus important dans son expérience tient dans l’importance d’aborder dans le bon ordre les problèmes en respectant l’ordre suivant : Qui – Quoi – Comment.  Le vrai travail, celui auquel il faut aussi consacrer le plus de temps, consiste à travailler l’identité de qui on est par la clarté sur ce qui nous rassemble.  Car c’est de cette identité que peut naître un objectif dont on trouvera ensuite facilement les modalités de mise en œuvre parce que le travail de fond aura été fait. A l’inverse, il est dangereux de se focaliser trop vite sur les modalités d’organisation et de décision parce que les uns les autres ne s’y reconnaîtront pas.  

Un facilitateur est choisi sur le mode du volontariat avec consentement du groupe.

Un tour de parole est proposé, sur le mode d’une seule prise de parole par personne.
- manque de précision à la lecture du point 6
- comment est amenée la question à débattre? qui demande quoi?
- comment va-t-on s’y prendre pour associer le cadre des statuts et le rendu de l'expérience? Impression de coincement.
- paradoxe entre manque de précision et trop de précision qui enferme
- qui, quoi, comment? et quand?
- le travail sur le qui prend du temps, parfois plusieurs jours. Comment faire vivre le souffle, comment faire contagion dans l'expérience de la nouveauté avant toute décision.
- la demande émerge d’un groupe de personnes, elle peut-être adressée au Cercle de Coordination qui est chargé d’établir l’ODJ. Les personnes qui demandent vont animer le processus de travail, ce sont elles qui vont porter le cercle de décision sur une exigence de clarté et de précision.
- préciser ce qui relève des statuts et du règlement intérieur.
- est-ce à nous de faire les statuts? Le risque est de trop boucler le projet et de présenter une forme qui ne serait pas discutée suffisamment donc difficilement habitable.
- qui décide et sur quels critères ce qui est décidé par la convention et le grand cercle annuel
.......

Nous faisons donc le choix de renoncer à répondre à la question posée à l’origine et préférons nous centrer sur le processus en cours.
En effet, poursuivre la rédaction des statuts et d’un règlement intérieur risque de court-circuiter la démarche collective et de donner une forme prématurée. Nous questionnons la nécessité de ce travail préalable. Le poursuivre ici risque de vivre un enfermement à produire plutôt qu’une ouverture à faire vivre.

En conséquence nous réorientons le travail d'Horizon 18 vers la diffusion de l'expérience, permettre aux personnes d'expérimenter ce processus de façon à les préparer au travail de l’Assemblée Constituante.


Des propositions d’orientations suivent cette expérimentation:
- l’élaboration de la coquille (forme numéro 5 de la maison nouvelle + ébauche statutaire) est suffisante moyennant réponses aux questions qui ne manqueront pas d’émerger lors des prochaines rencontres en région et débats sur le forum et qui alimenteront l’émergence de la forme actuellement au travail. Les prochaines rencontres en région pourraient faire vivre l'expérience en vue d’une forme d’assemblée constituante à trouver et qui permettrait une contagion. Il s’agit de mettre en cohérence nos valeurs théoriques et leur expérimentation.

- les prochaines rencontres en région seraient une expérimentation de l’horizontalité, aller-retour entre l'expérience, la genèse du projet, la transmission de ce que pourrait être une maison commune, tout cela en vue de l’assemblée constituante.
- nommer avec plus de force les valeurs d’inclusion et de diversité.
- faire le point avec l’UDN du processus en cours, là où nous en sommes des formes produites, en vue d’une assemblée constituante. Mandater 3 à 4 personnes pour rencontrer l’UDN
- faire une vidéo de présentation du dernier schéma N°5 de la maison commune.
- réaliser une présentation informatique power point de ce schéma.

Pour discuter de “Nouvelle orientation d'horizon18" CLIQUEZ ICI


Clôture de la journée à 16h00.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum