Partagez
Aller en bas
admin2
Localisation : Grenoble
Messages : 78
Date d'inscription : 19/10/2017

Synthèse finale horizon18

le Dim 9 Déc - 16:20
PROJET HORIZON.18 Groupe de travail sur la "maison commune".

Ce document est une synthèse des discussions et débats faites sur le forum ou lors des réunions en régions. Il ne présente pas le processus pour arriver à cette synthèse.
Il est issu de la synthèse générale du 3 avril 2018 et des compte-rendus suivants (Paris, Bruxelles, Poitiers et Marseille).
Pour le détail, vous reporter aux différentes synthèses et CR ici : http://maison-commune.forumactif.com/f6-synthese-compte-rendus-d-actions-et-syntheses-sur-la-maison-nouvelle

A - Finalité.
Permettre aux praticiens qui travaillent dans la continuité des travaux de Fritz et Laura Perls, Ralph Hefferline et Paul Goldman de promouvoir, protéger et défendre une identité professionnelle.

1 - Objectifs internes:
- appartenir à une communauté qui rassemble et différencie les pratiques et les métiers de la Gestalt et de la Gestalt-Thérapie.
- permettre à cette communauté de professionnels de s’appuyer sur des valeurs et des exigences éthiques et déontologiques partagées.
- soutenir la légitimité des praticiens qui se réfèrent à ce cadre.
- poursuivre la construction et la validation d’une identité professionnelle individuelle et collective de ses membres.

2 - Objectifs externes:
- assurer la représentativité des professionnels de la Gestalt et de la Gestalt-Thérapie sur les plans national et international.
- se positionner et faire reconnaître nos contributions dans les champs social, politique et institutionnel.
- développer la visibilité et la crédibilité des pratiques et des praticiens de la Gestalt et de la Gestalt-Thérapie.

B - Mode de gouvernance

1 - La structure


Les adhérents

Il y a deux catégories d'adhérents : sympathisants et membres actifs La cotisation est la même pour tous.
Les sympathisants sont ceux qui adhèrent en payant la cotisation.
Il n’est pas prévu pour le moment d’adhésion de personnes morales à cause des risques d’enchevêtrement.

Les membres actifs sont ceux qui ont fourni, avec leur demande d'adhésion, un dossier montrant qu'ils satisfont aux critères de professionnalisme des organismes fédérateurs (FF2P, Affop, EAGT,SNPPsy). A noter qu’il n’y a pas de critères pour les individuels à l’AFFOP (dont les adhérents sont des organismes/personnes morales).
Les membres adhérents en remplissent une fiche d'adhésion informatisée qui sera ajoutée à l'annuaire de l'association. Cet annuaire est consultable en ligne par tous les membres. Chacun est responsable de la mise à jour de sa fiche-membre.
Les adhérents sont invités à rejoindre le Groupe Local de leur choix et à participer à ses activités.
Il n'y a pas d'adhésion de personnes morales. Les directeurs, formateurs et écoles peuvent créer des GIS pour travailler ensemble. Il y a des risques d’enchevêtrement important si l’association accueille aussi des personnes morales (écoles, assoc locales).

Les pôles

Certaines activités répondent à un besoin institutionnel et ne peuvent pas être des GIS. Ce sont des pôles.
Le nombre de membres de chaque pôle est précisé dans le Règlement Intérieur.
Les pôles sont autonomes dans leur organisation interne et les décisions qu'ils prennent dans le cadre de leurs missions. Ils rendent compte de leurs activités lors des Conventions et devant l'Assemblée ordinaire.

Les pôles sont au nombre de 7 :


  • Éthique et déontologie (avec des sous-groupes par métier)
    Agrément des personnes (avec des sous-groupes par métier)
    Agrément des formations (en coordination avec l'EAGT)
    Publication d'une revue avec un comité de lecture
    Représentation Internationale
    Recours
    Communication, relations aux médias


Chacun de ces pôles fait l'objet d'une lettre de mission annexée au Règlement Intérieur.
Pour l'agrément des personnes et des formations, et pour l'éthique et déontologie, l'organisation du pôle doit prendre en compte les spécificités de chaque métier :
Documents de référence spécifiques (critères de validation, code d'éthique et de déontologie)
Commission d'évaluation ou de traitement des plaintes composée de professionnels du métier concerné
Les pôles se réunissent aussi souvent que nécessaire pour mener à bien leurs missions. Leurs réunions ne rassemblent que leurs membres.

Comment poser un garde-fou aux tentatives de prise de pouvoir ? Par exemple, comment faire si un groupe de personnes s'entendent pour investir un des pôles pour y imposer leurs orientations ?
Importance de remettre en cause chaque année les fonctions à la coordination ou aux pôles.
Dans le processus des cercles de décision, l'objection majeure argumentée permet de bloquer les décisions et orientations préjudiciables à l'association

Les Groupes d’Intérêt Spécifique : GIS

Les Groupes d'Intérêt Spécifiques rassemblent des adhérents sur la base d'un intérêt commun en rapport avec les buts de l'association. Les GIS sont créés par les adhérents intéressés.
La création d'un GIS est déclarée à l'association via un formulaire en ligne. Les créateurs de GIS précisent leur sujet d'étude ou leurs objectifs. Un GIS ne peut pas se créer avec pour seul objectif d'affirmer une identité.
Cette création doit être validée par consentement par la Convention suivante. Si la création d'un GIS est mise en question par un ou des membres de la Convention, celle-ci fait l'objet d'un cercle de décision au sein de la Convention.

Les membres d'un GIS s'engagent à participer aux Conventions en y envoyant un délégué et aux Rassemblements Annuels en y présentant un rapport d'activité.
Lorsqu'un GIS est validé, sa création est annoncée à l'ensemble des membres et ses activités figurent sur l'agenda partagé accessible à tous les membres.
Les GIS sont autonomes dans l'organisation et le contenu de leurs activités. Ils informent le responsable informatique de leurs réunions pour inscription dans l'agenda. Ils peuvent utiliser les outils numériques (forum, blog, site) pour débattre et diffuser leurs travaux.
Les besoins de financement des GL et des GIS sont couverts par la participation consciente de leurs membres et par l'organisation d'activités ou manifestation ouvertes aux non-membres et payantes.
Lorsque le GIS ne suscite plus d’intérêt (plus de membre), il est dissout.
Il ne faut pas confondre un petit groupe de travail informel (qui se réunit par exemple quelques fois pour discuter d’un livre) et un GIS qui participe aux décisions de la Convention.  Tout « groupe de travail » ou sous-groupe d’un GL ne doit donc pas devenir un GIS.  

Les groupes locaux

Les Groupes Locaux rassemblent des membres sur un critère de proximité géographique. Ils organisent des activités en totale autonomie. Ces activités auront pour objectifs aussi bien la création et le développement de liens de convivialité et de soutien entre membres, que l'approfondissement de leurs compétences professionnelles.
Les membres d'un Groupe Local s'engagent à participer aux Convention en y envoyant un délégué.
Une association locale regroupant des gestalt-thérapeutes peut devenir un Groupe Local de la Maison Nouvelle. Il suffit pour cela que tous ses membres adhèrent à la MPG et que l'association locale se rapproche de la Maison Nouvelle dans ses modes de gouvernance et la philosophie générale de son fonctionnement.
Les GIS ou les pôles n'ont pas vocation à organiser des formations mais les Groupes Locaux peuvent, dans le cadre de leur autonomie, organiser ponctuellement une formation ou inviter un formateur.
Les besoins de financement des GL sont couverts par la participation consciente de leurs membres et par l'organisation d'activités ou manifestation ouvertes aux non-membres et payantes.

Le cercle de coordination

Le Cercle de Coordination comprend des membres qui se sont engagés pour remplir des fonctions nécessaires au bon fonctionnement de l'association : coordination, logistique, responsabilité financière, responsabilité des outils informatiques.
Chacune de ces fonctions peut être assurée par une ou deux personnes
La Convention peut créer d'autres fonctions du Cercle de Coordination,  selon les besoins de l'association. Les membres sont choisis lors du grand cercle annuel pour une durée d'un an, reconductible.
Lors du Grand Cercle Annuel chaque fonction est interrogée, la personne engagée sur un poste peut être reconduite ou pas, elle peut choisir de se ré-engager ou pas. Personne ne peut occuper un poste plus de 5 années. Les décisions du CC se prennent par consentement.
Le Cercle de Coordination est collégial et non-hiérarchique. Ses membres sont juridiquement et collectivement responsables de la gestion de l'association.
Le CC se réunit au moins 3 fois par an en réunion simple et 3 fois par an en Convention.

2 - Les cercles de décision

Les décisions du Cercle de Coordination, de l'Assemblée Annuelle, et des différents groupes et pôles sont prises par consentement. La prise de décision par consentement est définie comme toute procédure de prise de décision collective où les membres du groupe développent et consentent à une décision dans l'intérêt supérieur du groupe. Ce procédé met l'accent sur le besoin de communication, de clarté et de solidarité parmi les membres du groupe.
La méthode proposée est celle du Cercle de décision, méthode qui requiert quelques précisions préalables. Une décision est une proposition dont la formulation est le fruit du travail d'un cercle de décision et qui ne soulève plus d'objection majeure au sein de ce cercle. Une objection majeure est un refus argumenté et motivé de consentir à une proposition. Les objections majeures sont au nombre de trois :


  • Ce cercle n'est pas capable de prendre une décision éclairée, ou ce sujet n'est pas dans ses attributions, ou cette décision transformerait l'association dans un sens contraire à ses buts
    La proposition comporte un risque majeure pour l'association ou pour ses membres
    La proposition aboutirait à l'exclusion de fait du participant.


La construction d'un consentement n'est possible que si tous sont d'accord sur un but commun, au-delà des intérêts individuels. Le consentement recherché n'est pas un accord ni une adhésion. La décision recherchée doit être suffisamment bonne pour maintenant et sans prise de risque excessive pour l'association. Le processus doit se dérouler sans choix pré-déterminé, sans interruption de parole des participants, sans égarements ou diversions. Une décision est valable si chaque participant du cercle a compris la proposition, a pu s'exprimer sur cette proposition, et si on lui a demandé s'il avait une objection majeure à cette proposition.
Processus de travail d'un cercle de décision : Voir la petite vidée explicative d’un cercle de décision  : http://maison-commune.forumactif.com/t131-video-le-cercle-de-decision

La convention

La Convention réunit au moins 3 fois par an les membres du Cercle de Coordination, un délégué de chaque Groupe Local et de chaque GIS, et un délégué de chaque pôle. Les membres de la Convention participent aux cercles de décision prévus à l'ordre du jour.
La Convention est l'organe décisionnel pour la création de nouveaux GL ou GIS, les choix opérationnels, les relations externes.
Pour chaque point, la Convention est amenée à décider si elle est compétente, ou si la question posée est du ressort du grand cercle annuel. Elle peut prendre une décision provisoire en attendant la prochaine Assemblée.
Pour permettre un travail de qualité, en particulier durant les premières années où nous ne sommes pas familiers de la pratique des cercles de décision, la Convention limite son ordre du jour à deux points à débattre par jour de réunion. Si nécessaire, elle augmente le nombre de réunions.

Le grand cercle annuel

Le grand cercle annuel regroupe l'ensemble des membres sympathisants et actifs.
Chaque membre du Cercle de Coordination, les délégués des pôles, des Groupes d'Intérêt Spécifique et des Groupes Locaux présentent leur rapport d'activité.
Le responsable financier présente le rapport financier et le budget prévisionnel.
Les différents points à l'ordre du jour sont débattus selon la méthode du cercle de décision. Plusieurs cercles peuvent avoir lieu simultanément. Chaque cercle peut comporter jusqu'à 20 personnes. Au-dessous de 10 participants, les décisions du cercle sont uniquement consultatives.
Proposition de ne pas l'appeler Grand Cercle Annuel mais Rassemblement Annuel
Nécessité d'étudier le financement de ces rassemblements : est-ce compatible avec une cotisation à 50 ou 60 euros ? Comment s'appuyer sur les groupes locaux pour trouver des salles à des tarifs concurrentiels ?

C - Les thématiques en cours

1 - La place de l’agrément

Quel est le sens de l’agrément? Qui agrée, qui agrée-t-on ? Comment ?
Principe de base tout gestaltiste sera interpellé ou invité à rejoindre un processus d’agrément
3 pôles d’agrément
● Gestalt-thérapeute
● GPO - Gestalt praticien dans les organisations
● Formations

Tenir compte des travaux préalables réalisés dans le cadre des commissions antérieures ou groupe de travail.
Le groupe de travail, initialisé par le CEG-t, a fait en octobre ses propositions sur le processus d’agrément de formation. Ce groupe était composé de membres d’instituts dont la formation est agréée et d’autres membres du collèges : Risque de tension.
Possibilité de créer un GIS sur les critères d’agrément pour les faire évoluer ensuite.

Débat avec le groupe :
Idées émergentes : se sentir légitime, forme de travail continu, reconnaissance de soi et de la discipline, éviter de se sentir adhérent de 2ème zone si pas agréé, revenir sur le processus d’agrément, l’agrément aujourd’hui est un processus élaboré avec le temps, le sens de l’agrément comme une invitation possible au cours de sa pratique.
Comment apparaître devant l’autre, processus de croissance de l’être thérapeute, dissocier l’agrément des 5 critères pour laisser aller « l’intention de ... » (l’agrément serait alors déplié dans les statuts, au sein d’un pôle, ...), au-delà de sa formation initiale évoluer vers la confrontation à la communauté en sortant de l’entre-soi, gommer dans les statuts l’objectif associatif de l’agrément pour en faire un objectif personnel, place de la co-vision, de la supervision, de la post formation
Si l’agrément est une obligation : comment agréer tout le monde en peu de temps ? (plusieurs centaines de personnes)
Les discussions entre SFG et CEGT sur l’agrément faisaient apparaître un fond commun.
La supervision suffit-elle ? Attention : lien financier entre le GT et son école ou son superviseur : la commission agrément est un tiers sans lien financier.
Le groupe de Lyon se questionne sur la pertinence de maintenir l’agrément comme critère d’adhésion (obligation, invitation, possibilité ?) : besoin de temps pour continuer le débat sur ce sujet car les avis divergent.

2 - Les critères d’adhésions

L’adhésion est une intention personnelle.
Etre issu d’une école ayant les critères de minimum d’heures de formation demandées par l’EAGT
Adhérer à un préambule/charte commun à tous les professionnels : charte éthique (voir ci-dessous)
Cette charte s’applique aussi au fonctionnement de notre organisation.
Avoir aussi des critères pour refuser des membres issus d’écoles de style pyramidale/sectaire (tous les formateurs formés par une seule et même personne).
Question de la loyauté : un étudiant a-t-il la capacité de pouvoir adhérer ailleurs que selon l’orientation de son école ? En tout cas, il en a la possibilité.
La maison nouvelle : il y a la possibilité d’être sympathisant, endroit de rencontre indépendamment d’être adhérent, ... .
Que faire des thérapeutes d’autres approches proches qui se post-forment en Gestalt-thérapie et dont la posture est celle d’un gestalt-thérapeute ? Un jour prévoir une adhésion pour eux ?

3 - L’éthique et la déontologie

Avoir une charte éthique : préambule/charte du commun à tous les professionnels
Les critères dans cette charte doivent être limités aux essentiels.
Des critères plus spécifiques sont à définir par profession (thérapeute, coach, formateur) et pour le fonctionnement du groupe.
Début de propositions de fondamentaux (philosophiques, anthropologiques, métaphysiques) (identiques pour tous quel que soit le métier) :
Vision de l’homme : Animal humain doué de conscience qui s’inscrit dans un écosystème vivant en interdépendance. Notion d’organisme-environnement et de la théorie du champ. Attention à vérifier avec autres approches (PGRO)
Posture d’humilité Respect de la dignité, des croyances, des origines, de liberté de choix, singularité, égalité en droit,
Responsabilité...
Relation asymétrique entre professionnel et client/patient

3 codes déontologiques :
● thérapie
● cooach / entreprise
● notre organisation associative

4 - Responsabilité juridique de l'association

Responsabilité collective des membres de la coordination.
Une éventuelle délégation de responsabilité aux pôles ne décharge pas la coordination, elle ajoute la responsabilité du pôle à celle de la coordination.

5 - Choix stratégique sur la construction de l’association  

A l’occasion de la rencontre de Nantes, le travail sur l’élaboration des statuts ont fait émerger des points importants.
Elle concerne la prise de décision et la contagion expérimentée par Michel Ulens dans des structures associatives auxquelles il a collaboré dans une approche qui a puisé ses sources en Amérique il y a 25 ans (cf. www.esdac.net). Dans ce type de travail, chacun parle en « je » après avoir bénéficié d’un temps de silence et d’intériorisation pour préparer une prise de parole qui partira non de ses idées mais de son expérience de vie, le tour de parole est respecté grâce à l’usage d’une plume, et chacun est reconnu comme expert de sa propre histoire. S’engage alors un processus qui demande un peu de temps mais permet à tous de participer à l’émergence d’une perle à laquelle tous pourront adhérer.
L'expérience de Michel lui a permis de constater que les personnes sont convaincues de l’intérêt de la démarche non par le discours, mais lorsqu’elles font l'expérience personnelle de cette forme de rencontre. D’où l’importance à ses yeux d’une expérimentation par le plus grand nombre de gestalt-thérapeutes de ces modalités de rencontre.
Mais le plus important dans son expérience tient dans l’importance d’aborder dans le bon ordre les problèmes en respectant l’ordre suivant : Qui – Quoi – Comment. Le vrai travail, celui auquel il faut aussi consacrer le plus de temps, consiste à travailler l’identité de qui on est par la clarté sur ce qui nous rassemble. Car c’est de cette identité que peut naître un objectif dont on trouvera ensuite facilement les modalités de mise en œuvre parce que le travail de fond aura été fait. A l’inverse, il est dangereux de se focaliser trop vite sur les modalités d’organisation et de décision parce que les uns les autres ne s’y reconnaîtront pas.

Nous faisons donc le choix de renoncer à répondre à la question posée à l’origine (que mettre dans les statuts) et préférons nous centrer sur le processus en cours. En effet, poursuivre la rédaction des statuts et d’un règlement intérieur risque de court-circuiter la démarche collective et de donner une forme prématurée. Nous questionnons la nécessité de ce travail préalable. Le poursuivre ici risque de vivre un enfermement à produire plutôt qu’une ouverture à faire vivre.
Nous réorientons le travail d'Horizon 18 vers la diffusion de l'expérience, permettre aux personnes d'expérimenter ce processus de façon à les préparer au travail de l’Assemblée Constituante. L’assemblée constituante suivra cette démarche.

6 - La place de la Belgique

Le titre de psychothérapeute n’existe plus et l’activité est devenue une pratique accordée uniquement à certaines catégories (psychologues, médecins, …). La majorité des psychothérapeutes en activité actuellement ne remplissent pas les critères dictés par le législateur belge,
La SBG qui a un siège à l’EAGT se restructure,
Le métier s’inscrit dans un contexte social, politique, culturel de réalités différentes en fonction des pays/régions.  
Il est important que la maison commune ait une existence légale en Belgique pour pouvoir intervenir ou participer à la défense de la profession en Belgique.
Clarifier ce que la Belgique francophone attend de la maison nouvelle : soit une communauté professionnelle avec laquelle développer des échanges sur des sujets professionnels, soit que la maison nouvelle soit aussi une association professionnelle de référence pour les gestalt-thérapeutes belges.

7 - Les finances

La cotisation est minimale (objectif 50-60 €) et sert à financer le niveau national.
L’adhésion est faible pour laisser la place aux investissements locaux ou en GIS.
Afin de faciliter la gestion, il est imaginé de proposer des modes de gestion automatique comme le prélèvement automatique.
Les besoins de financement des GL et des GIS sont couverts par la participation consciente, par l'organisation d'activités ouvertes aux non-membres et payantes.
Questions : Quel financement pour les déplacements des délégués des Groupes aux Conventions ?

8 - Autres questions

Débat : Créer un pôle école de formation ? Un GIS école de formation ? Un groupe extérieur inclus dans l’environnement social ?
Les écoles sont un élément important : proposition que le groupe école soit extérieur mais qu’il interagisse avec un GIS.
Il est rappelé qu’il ne peut pas y avoir tout au départ.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum